Rechercher
  • Francesca Pronesti

Resilienza ed accettazione

Leggo l'articolo riguardo la morte di Tahar Mejri e leggo frettolosamente una frase emozionante <<esiste una linea sottile tra chi decide di morire e chi smette di vivere>>. Smettere di vivere signfica sprofondare e non trovare una prospettiva differente al proprio dolore. Penso che ci sia un rapporto delicato tra resilienza ed accettazione. Per fronteggiare le difficoltà della vita senza esserne annientati bisogna poter accettare una parte della storia, accettarla senza giudicarla, bisogna poter accettare il proprio dolore, bisogna poter accettare una nuova immagine di sé e finalmente lasciare andare il passato. Soltanto attraverso un percorso di accettazione ed abbandono si puo' far fronte ad una realtà che non possiamo modificare. Una realtà potenzialmente distruttiva, ma dalla quale possiamo restare illesi, en tout sécurité.

"J'ai lu l'article sur la mort de Tahar Mejri et j'ai lu rapidement une phrase très touchante«il y a une mince ligne de démarcation entre ceux qui décident de mourir et ceux qui cessent de vivre». Arrêter de vivre, c'est sombrer et ne pas trouver une perspective différente de la douleur. Je pense qu'il existe une relation délicate entre résilience et acceptation. Pour faire face aux difficultés de la vie sans être anéanti, il est nécessaire de pouvoir accepter une partie de l'histoire, de l'accepter sans la juger, de pouvoir accepter sa peine, d'accepter une nouvelle image de soi et de renoncer au passé. Ce n'est que par un processus d'acceptation et d'abandon que nous pouvons faire face à une réalité que nous ne pouvons pas changer. Une réalité potentiellement destructrice, mais à partir de laquelle nous pouvons rester indemnes, en toute sécurité."

0 vue

KONSILIM 

©2019 by esprit. Proudly created with Wix.com